La renaissance…

La renaissance…

La liberté d’expression offre bien des pouvoirs mais engage aussi la responsabilité.

Comme tout droit elle implique aussi des devoirs à considérer.

Il y a comme une exigence d’éthique à mettre ses discours en concordance avec ses actes. Rabelais écrivait « Langue sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

C’était il y a plusieurs siècles mais on peut toujours méditer…

La loi de moralisation de la vie politique et de la vie publique était donnée restaurer la confiance des citoyens.

Dos au mur il fallait bien trouver une porte de sortie après les affaires Carcenac, Fillon…

On ne pouvait qu’espérer un changement en profondeur des pratiques.

La transparence, l’exemplarité, la probité des élus et des fonctionnaires sont des exigences démocratiques.

En fait il y a eu une autorégulation des personnes concernées en ce qui concerne l’encadrement des bonnes pratiques.

Comment alors s’étonner que  des actes tant décriés courent le risque de se perpétuer et ce à tous les niveaux de notre belle société.

Des citoyens se questionnent sans complaisance sur des failles publiques, des faux semblants et un indéniable défaut de transparence.

Ils ne rencontrent que condescendance pour ne pas dire silence obstiné et méprisant mais ils savent eux que la bonne gouvernance de leur territoire passe aussi par les actions citoyennes et que chacun de nous peut apporter sa pierre pour permettre la renaissance d’une gouvernance plus éthique.

Simone Weil s’exprimait sans nuance, « il faut aussi que le crime d’improbité envers l’Etat chez les hommes publics soit effectivement puni plus sévèrement que le vol à main armée… »

https://www.cdg-64.fr/index.php?eID=dumpFile&t=f&f=3664&token=a48aacb0b1de2a7d32028ac38feb0f3f9c66541c

 

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030423022&categorieLien=id

 

Marie-Gabrielle Gimenez

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog