Portes du Tarn : De quoi qu’elle cause ?

Portes du Tarn : De quoi qu’elle cause ?

 

Sur notre commune de Villemur les citoyens ne semblent pas très sensibles au dossier des « Portes du Tarn ».

Certains lecteurs s’inquiètent de nos obsessions en la matière.

Retour sur un passé récent.

 

« vendredi 31 mai 2013

Le projet des « portes du Tarn »  se situe à cheval sur deux départements  (Haute-Garonne et Tarn), il est porté par la communauté de communes Tarn et Agout sur deux communes Buzet (31) et Saint-Sulpice (81). De tout temps, ce territoire (et notamment Buzet)  est considéré comme un emplacement stratégique.  C'était déjà le cas au moyen âge. …..

Nous avons sur cette zone de 198 hectares une voie ferrée qui sera bientôt doublée,  l’autoroute A68 (Toulouse-Albi-Rodez),  l’ancienne RN 88 .

Que ce soit pour la partie buzétoise ou pour la partie St Sulpicienne,  Il s’agit de terres agricoles ayant fait l’objet de remembrements et parfaitement drainées et irriguées grâce au travail des agriculteurs mais aussi de financement importants :  Europe, Etat, Région et département (31).

Il existe déjà une zone commerciale  (terres noires) qui jouxte cet emplacement et le secteur (dans un rayon de 30 kms est richement doté en zone commerciale (Bessières, Rouffiac, Saint-Sulpice, Lavaur, Gaillac,Gramont)  etc etc.

Enfin, ce territoire est desservi par deux sorties d’autoroute : la sortie de Palmola (Buzet-Toulouse ; Toulouse-Buzet)  et l’échangeur complet (vers Albi et vers Toulouse) situé à l’Espace Ressources à St Sulpice.

Malheureusement des choix du passé, on fait que la liaison ferrée entre St Sulpice et Montauban a été supprimée alors que celle entre St-Sulpice et Castres existe toujours… »

 

 

 

 

https://ascbuzet.blogspot.com/2013/05/creer-levidence-en-sacrifiant-buzet.html?fbclid=IwAR1zvkSr-IT0tvBBRm_bQq_CgjoxUp2bcUZWNxpS_jCZuuIJlCeaIymYfaw

 

 

 

L’avis émis par les enquêteurs ou enquêtrices lors des enquêtes publiques n’est que consultatif. Il peut être suivi par les décideurs, pousser à obtenir une enquête plus complète mais…

Dans notre beau pays on adore la paperasse et il est bien des rapports, des dossiers argumentés qui ne débouchent sur rien.

Un exemple tout récent, le rapport de la Cour des Comptes d’Occitanie sur justement, la gestion des « portes du Tarn »

Ce dernier pointe bien des dysfonctionnements mais ne consiste qu’en recommandations pour faire évoluer les méthodes.

Les décideurs qui usent de l’argent public ne sont pas trop contraints à réagir.

Le seul avantage de ce genre d’exercice c’est qu’il est rendu public.

Mais qui prend la peine de le lire, de le commenter, de le divulguer largement avec bien des explications pour le rendre moins ardu à comprendre.

Pas grand monde !

Nous restons très sceptiques quant aux suites données à ces beaux dossiers.

Ce scepticisme conduit parfois au découragement, au manque d’intérêt pour la chose publique.

Vous savez, ce manque d’intérêt déploré si souvent par nos élus y compris ceux de proximité.

En fait ce manque d’intérêt arrange bien du monde.

Il serait temps de s’emparer de ce dossier qui engage notre intercommunalité et nos modes de vie.

Est-il en accord avec les aspirations citoyennes d’aujourd’hui ?

Tient-il compte des attentes des jeunes générations entre autres, en matière environnementale ?

Alors que nos dirigeants semblent remettre en question notre modèle économique, peut-on persévérer dans de tels projets ?

Pour terminer, qu’en est-il de la transparence prônée comme une nécessité dans notre démocratie ?

 Il faudra revenir sur la gestion de la SPLA

 

https://www.portesdutarn.fr/les-acteurs/la-spla-81/

 

Bien des questions sont posées par la chambre régionale des comptes d’Occitanie.

 

https://www.ccomptes.fr/fr/publications/syndicat-mixte-smix-les-portes-du-tarn-tarn

 

https://reporterre.net/Un-commissaire-enqueteur-radie-pour-avoir-voulu-trop-bien-faire

 

 

 

Marie-Gabrielle Gimenez

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog