Villemur-sur-Tarn : Les aventures de Don Camillo et Peppone…

  • Un Oeil Sur Villemur

Le sujet : La vente du presbytère de Villemur.

Le courrier du Père Saphy 

Pardonnez notre prétention, nous avons procédé comme de pseudo-journalistes en choisissant un titre intriguant.

Bon, nous vous l’accordons, le sujet est bien trop important pour en rire.

Ce d’autant que nous avons du mal à trouver des points communs entre le maire de Villemur et Peppone tout autant qu’entre le père Saphy et Don Camillo…

Ah si au fait, tous se sont engagés afin d’aider au mieux leurs prochains.

En raccourci, les uns pour les conduire sur le chemin où Saint Pierre les attend, les autres pour développer en montrant l’exemple leur esprit civique et porter les valeurs de la République.

Le courrier :

Reconnaissons au Père Saphy  le courage de dire tout haut ce qu’apparemment des chrétiens villemuriens  murmurent tout bas.

Nous même d’ailleurs nous sommes interrogés et avons interrogé lorsque nous avons appris cette vente décidée il faut le dire bien avant la nomination de notre nouveau prêtre, le père Joseph.

A l’époque pas beaucoup de réactions publiques.

Les premiers porteurs de projet sur les locaux du presbytère  se sont désistés, un second s’est présenté mais nous n’en savons pas plus sur l’avancement de la vente votée en conseil municipal.

A décharge de l’actuelle municipalité, il y a de nombreux et onéreux travaux à effectuer sur l’immeuble. A déplorer pour celui-ci comme pour d’autres le manque d’entretien au fil des mandats. L’argent est toujours là pour expliquer, cautionner, contraindre…et n’évoquons pas le PPRi…

L’interpellation de notre maire pourrait  donc paraître logique et motivée !

Ben alors, pourquoi n’adhérons nous pas au courrier ?

Parce que, tant sur le fond que sur la forme nous avons des interrogations.

Avant de rédiger ce courrier, le Père Saphy a-t-il pris contact avec le maire de Villemur  pour des échanges francs et argumentés? A-t-il considéré les lois sur le sujet ?

Elles sont explicites et à disposition sur le Net.

Le maire de Villemur a-t-il considéré la procédure  régulière pour reprendre le presbytère ?

D’ailleurs quelles étaient les conditions d’occupation des locaux ?

 Nous n’avons pas les réponses Le courrier évoque le manque de respect de la parole donnée.

S’appuyant sur la coutume, le Père Saphy demande au maire de renoncer à la vente du presbytère ou  à la communauté villemurienne dans son intégralité d’assumer le coût du logement du Père Joseph.

 Qui loge le prêtre de Fronton, la mairie où l’archevêché ?

Il faut en tout tenter la cohérence pour être légitime.

Et sur la forme alors ?

Le courrier émanant du Père Saphy accompagnait la feuille paroissiale de chaque fin de semaine et était déposé sur la table à l’entrée de l’église de Villemur ce week-end. A coté une feuille avec une colonne nom, prénom, numéro de tel facultatif  et signature. Pas d’adresse nécessaire…

Déjà il est étonnant de dissocier le courrier de la feuille des signatures. Signer une feuille volante sans texte explicatif  c’est faire preuve d’une confiance absolue. C’est s’engager par une signature sur un document vierge de toute requête. Un blanc seing en quelque sorte.  De quoi se questionner devant cette méthode irrecevable.

Pétition ou non ?

Ce courrier était-il présenté à la fin de la messe dans les autres communes de notre paroisse ?

Si oui, en quoi concerne t-il les paroissiens de Fronton par exemple ?

Et puis voyez vous, nous avons trouvé choquant qu’il soit demandé de ne même pas attendre la fin de la messe pour procéder à la lecture de la lettre du Père Saphy.

Choquant et irrespectueux car nous n’étions pas venus pour cela en ce 15 août fête de l’assomption avec tout ce qu’elle revêt pour les chrétiens.

Pour ce qui concerne nos attentes…

Bien évidemment tout un chacun est libre de s’exprimer.

Nous apprécions à sa juste valeur la chance pour notre communauté d’avoir à nouveau un prêtre et nous serions infiniment tristes si le Père Joseph partait faute d’un logement approprié à sa fonction. Il a déjà su s’intégrer en apportant  une touche toute personnelle pétrie d’expériences humaines.  Compatissant, il sait ne pas être dans le jugement et la condamnation car nous sommes toutes et tous faillibles, toutes et tous…

Sans se départir d’une forme de bonhommie il peut prêter une oreille attentive et c’est tellement important dans cette époque compliquée.

Nous savons que des personnes s’investissent pour trouver une solution car il n’y a pas que le logement du prêtre en question, il faut aussi des salles pour le catéchisme, des réunions, une permanence…

Avant qu’une polémique nuisible et stérile n’enfle, humblement, nous  sollicitons un dialogue, des échanges constructifs entre les parties prenantes,

Il nous arrive de plus en plus souvent de nous demander si porter en soi tant d’espérance ne relève pas d’une simplicité de l’esprit…

En fait, concrètement, et une fois de plus nous aimerions tant que toutes les personnes amenées par leurs fonctions à prendre la parole arrivent à mettre en accord leurs mots et leurs actes…

Avec humilité, sans nous vouloir donneurs de leçons nous persistons à croire que le dialogue est vertueux, qu’il  participe à développer cette solidarité dont nous avons et aurons besoin. L’église reste un maillon essentiel pour créer, favoriser le lien et faire tomber des barrières qui pour des raisons qui souvent nous échappent séparent les hommes y compris ceux de bonne volonté.

Dans cette période de débats  sur la laïcité, la déconstruction des religions, la perte de biens des valeurs humaines, la prudence est de mise.

Il serait peut-être temps de réfléchir aux querelles de clochers et de  mettre de côté des égos nuisibles au simple bon sens.

Osons une prière pour que le Père, le Maire et les sains d’esprit avancent dans la concorde…

Marie-Gabrielle Gimenez

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
E
Bonjour<br /> Je comprends votre position.<br /> Prendre les personnes présentes pour une messe dans cette histoire, en forçant presque les présents à prendre une position sans avoir les faits et positions de chaque protagonistes est un manque de respect.<br /> Si je voulais être ironique je dirais même que cela n'est pas très catholique ...<br /> A titre personnel, je serais le maire je ferais une réunion publique conviant le père de votre paroisse afin d'expliquer la situation, que tout soit transparent.<br /> Bien cordialement
Répondre
U
Bonjour et merci pour votre participation.<br /> Avec optimisme il nous reste à prier pour que se multiplient les femmes et les hommes de bonne volonté.<br /> Il y a bien du travail.<br /> cordialement.
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog